La lingerie à travers les ages

La lingerie à travers les ages

l’histoire de la lingerie

histoire de la lingerie

Si aujourd’hui le soutien-gorge a pris le pas sur la lingerie féminine, et devenu le Must-have dans toute pendule le corset et le bustier ont longtemps eu le monopole du corps de ces dames.

La lingerie est l’objet féminin et l’atout de séduction par excellence, au fil des années et au gré des mentalités elle s’est transformée.

Faisons un retour sur l’histoire de ces mythiques pièces de lingerie que nous aimons toutes.

Au plus près du corps de la femme, la lingerie  nous révèlent des codes, des valeurs, notre rapport à l’intime et à la beauté.

La lingerie féminine a subis bien des transformations au cours des siècles. Une véritable épopée à fleur de peau, dont les balbutiements remontent à l’Antiquité…

Elle se veut d’abord utilitaire, durant la Grèce antique la femme portait une tunique en lin pour recouvrir ses parties féminines mais surtout contrôler la morphologie. Mais au fil des années beaucoup de transformations apparaissent,

La lingerie antique : bandages et tunique

D’abord utilitaire, la lingerie apparaît très sommaire durant la Grèce et la Rome Antique.

La femme de la Grèce portait en guise de lingerie  une tunique en lin recouvrant plusieurs systèmes composés de bandelettes pour contrôler sa morphologie féminine. Et cela  gommer la féminité en aplatissant la poitrine et les hanches, elle portait, un bandage formant une ceinture  comme soutien-gorge sous la poitrine pour la maintenir.. Pour dissimuler les hanches et le ventre, elle utilisait, une bande abdominale,

Les jeunes filles portaient un mince ruban ceignant la poitrine pour empêcher le développement du sein. La silhouette de la femme grecque est volontairement androgyne et témoigne du goût des Grecs anciens pour les femmes aux seins peu développés.

L’éveil de la lingerie

C’est à la Renaissance que la lingerie féminine connaît une véritable révolution avec l’apparition du corset. Initialement, ce cône rigide était l’apanage des tenues militaires, mais il s’est peu à peu introduit dans la lingerie des femmes.

Dès le XVIe siècle donc, les dames de la noblesse enfilaient un corsage décoré et agrémenté de dentelle (très à la mode pour les hommes et les femmes) ,une  pièce contraignante, dont le dessein était d’affiner la taille en comprimant les côtes flottantes. Et constitué de bretelles très serrées. Ceci dit  la silhouette de la femme est totalement opprimée par cette cage qui aplatit la poitrine.*

Le bouleversement de la lingerie  provoqué par la première guerre mondiale

Les hommes au combat,  les femmes furent obligé de remplacer les hommes au travail, pour ceci , elles doivent avoir la liberté de bouger dans leurs vêtements, ce qui met au rebut les corsets et autre lingerie trop étroite.

Les culottes se raccourcissent et deviennent moins bouffantes. Les jambes se dévoilent, mettant à l’honneur bas et porte-jarretelles.

Mais ce ne sont pas les seuls bouleversements de ce début de siècle. Les rondeurs ne sont plus les bienvenues, les silhouettes affinées sont désormais à l’honneur. Pour se sentir plus libres, les femmes font descendre leurs corsets pour respirer plus librement et gagner en souplesse. Afin de soulager l’abdomen, on utilise pour soutenir les seins un cache-corset brassière ou un maintien gorge qui prend finalement le nom de soutien-gorge.

Zoom sur les années 30

L’époque garçonne des années 20 causé par la guerre , laisse place à la gaine. Ce type de lingerie vise à maintenir le bassin et unifier les formes, la lingerie se fait plus technique et plus naturelle.

Les années 30 sont l’ère d’une nouvelle féminité, les femmes deviennent plus romantiques.

Le soutien-gorge prend un nouveau virage il se structure en deux bonnets au lieu d’un bandeau pour un meilleur maintien et devient une pièce à part de la corsetterie.

La fascination de la femme et les années 50

C’est pendant la Seconde guerre mondiale que naissent la guêpière et le balconnet. Tous deux accompagnent la nouvelle silhouette féminine, qui s’est considérablement amaigrie pendant le conflit….

 

La lingerie est d’avantage produit par les nouvelles silhouette des femmes, et commence alors l’achat de lingerie en fonction de ses envies et de ses goûts.

La lingerie se veut plus fantaisiste grâce aux imprimés, les dessous deviennent véritablement des objets de séduction alliant confort et esthétisme.

 

1970 : C’est la révolution sexuelle

 

Les années soixante-dix sont synonyme de conquêtes de nouveaux droits par les femmes. C’est la révolution sexuelle, et l’’époque de la non-lingerie

Le féminisme naissant marquent un véritable tournant, le soutien-gorge est bannit ou voire réduit à son plus simple usage. Il se doit d’être avant tout fonctionnel et ne doit pas être sexy.

Les sous-vêtements laissent place au corps en le dévoilant toujours plus  slip taille basse, bonnets de soutien-gorge préformés, transparents, voire absents.

 

 

1980 : Retour de la lingerie raffinée

 

Les années 80 sont le retour de la lingerie raffinée. Les bas-coutures, les guêpières et les porte-jarretelles font leur show. D’un coup de crayon magique, elle réveillera les gorges endormies, les dévoilera et les fera palpiter.

Le serre-taille et la guêpière sont deux déclinaisons du porte-jarretelles. Depuis lors, il est porté dans un but de séduction ou d’érotisme, et est devenu un puissant symbole de féminité. Le porte-jarretelles est l’objet de fantasmes, voire de fétichisme de la part de beaucoup d’hommes.

L’an 2000

Au début des années 2000, le corps doit être tout à la fois, glamour et apaisé. La lingerie clone notre corps, le retaille, le rend sensuel, doux et attractif.

C’est l’heure de gloire de la lingerie, les magasins spécialisés se multiplient, les concepts aussi, le soutien-gorge devient un article de mode à part entière. On l’accessoirise, on le démocratise, on le transforme, on le met en valeur. Le soutien-gorge est l’expression de soi-même. Il en existe mille sortes, une pour chaque femme.

La femme assume son corps, ses rondeurs et joue la séduction. Les formes féminines évoluent et les mentalités autant que les marques doivent s’adapter pour mettre en valeur ses rondeurs dorénavant assumées.

Et voila, tant de souffrances pour arriver à ce qui maintenant nous semble une évidence.

Vive la modernité après tout n’est ce pas !!

Partager cette publication

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *